Le cheval blanc de Merle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le cheval blanc de Merle

Message par Rose Well le Dim 9 Oct - 21:40

Une petite légende que j'ai trouvé sur le net, et qui m'a bien fait rire. On dit toujours que l'habit ne fait pas le moine ...


-
A cette époque Merle avait dans ses écuries, celles de l'évêché qu'il occupait
pendant son séjour à Mende, un superbe cheval blanc, vrai cheval de bataille
qu'admiraient à l'envie tous les bons écuyers du Gévaudan.

Un nommé Lerouge de Malmont, ancien
maheutre au service du comte du Tournel, à la suite d'unpari, se mit en tête
d'aller enlever le cheval blanc de Merle. Or donc, un beau jour, ce téméraire s'affubla
de quelques habits tant soit peu grotesques, chaussé d'un soulier à un pied et d'un
sabot à l'autre.
Prenant ensuite un panier au fond duquel il cacha une vieille dague toute rouillée, qu'il
recouvrit ensuite d'un peu de foin, et quelques œufs, il se dirigea ainsi vers la
ville de Mende. . il se mit à courir les rues sans s'inquiéter des huées dont
l'accablait une foule d'enfants qui le suivaient sans cesse.


Au bout de 4 à 5
jours, voyant que sa folie simulée était bien établie dans toute la ville, il se rendit
aux environs de la fontaine du Griffon où l'on venait ordinairement abreuver les chevaux
de Merle. Effectivement, sur les 3 heures de l'après-midi, il vit venir à l'abreuvoir le
fameux cheval qu'un palefrenier montait à nu.

Lorsque celui-ci se fût approché de
la fontaine, Lerouge alla vers lui, simulant toujours le fou et tachant d'occuper son
attention par ses feintes niaiseries : il lui proposa de lui faire couver des œufs
qu'il avait dans son panier. Le rusé maheutre, profitant du moment où le palefrenier
riait à gorge déployée, tira la dague, en frappa le palefrenier et le culbuta dans le
bassin de la fontaine.
Cela fait, Lerouge s'élança prestement sur le cheval blanc auquel il donna une rude
étrillade qui le fit partir au galop, traversa ainsi une partie de la ville en criant :
" Laissa passa, laissa passa, plaço, plaço, lou chival de Merle o las avives"
( Laissez passer, laissez passer, place, place, le
cheval de Merle a les coliques)
.
Avant que Merle eût connaissance de l'événement qui venait d'arriver, Lerouge prit les
chemins détournés qui, du bois du Cheyla, le menèrent sain et sauf au château du
Tournel.


Il est inutile de vous dire que non
seulement Monsieur le Comte du Tournel fit donner une bonne ration d'avoine au cheval mais
qu'encore il récompensa généreusement l'audacieux maheutre.
avatar
Rose Well


Féminin
Nombre de messages : 97
Age : 29
Localisation : France, là où on paie ses impôts!
Date d'inscription : 14/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le cheval blanc de Merle

Message par Adrianstork le Lun 30 Sep - 10:32

Un conte immoral? Smile

Adrianstork


Masculin
Nombre de messages : 16
Age : 30
Localisation : Lund
Date d'inscription : 30/09/2013

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum